?>

Pranayama : Kapalabathi ou puissante technique de purification par le souffle

Parfois, la meilleure chose que nous puissions faire pour nous et de s’arrêter et respirer.

Nous savons tous que la respiration nous sert à absorber l’oxygène, mais en Ayurveda, la respiration sert aussi de véhicule pour transporter l’énergie vitale ou Prana au sein de notre organisme.

Pranayama est la science yogique du contrôle du Prana ou énergie vitale dans l‘être humain.

Lors de la pratique du yoga, on vise à intensifier et contrôler consciemment ce métabolisme respiratoire et ces énergies qui nous constituent.

 

Voici une des techniques du Pranayama, le Kapalabhati.

Kapalabhati est l’une des grandes respirations tonifiantes du yoga qui est en même temps une puissante technique de purification.

Il est préférable de pratiquer cette technique l’estomac vide, le matin ou avant la méditation pour aider à apaiser le mental.

 

 

Kapalabhati, un coup de fouet pour la vitalité.

Kapalabhati est l’une des plus puissantes techniques de purification du corps par le souffle.

Une pratique d’autant plus encouragée en cette période pour purifier et entretenir la souplesse des alvéoles pulmonaires.

Cette respiration rigoureuse exerce un rôle de nettoyage et de purification des poumons en chassant l’air résiduel vicié et en provoquant une meilleure oxygénation du sang. Les narines encombrées seront également efficacement libérées de leurs mucosités.

Cette forme puissante et tonique de respiration, stimule le flux sanguin dans le cerveau. Le sang veineux stagnant ou circulant lentement est alors décrassé et le cerveau approvisionné en oxygène frais. Cette stimulation du cerveau favorise une meilleure concentration.

Sans oublier, la contraction des muscles de la sangle abdominale qui gagnent en force et en souplesse ;  activant par la même, la digestion et le transit intestinal. Les abdominaux sont les seuls muscles en action durant cet exercice.

 

La technique

Contrairement à la respiration habituelle où l’inspiration est active et l’expiration passive, cette respiration implique une expiration active et presque brutale, tandis que l’inspiration est passive.

Kapalabhati consiste à expulser l’air par le nez, en rafales brèves et forcées sur l’expiration. Chaque expiration étant suivie d’une inspiration passive.

Assis en tailleur (ou en posture de lotus ou du diamant si ces postures vous sont confortables), mains disposées sur les genoux, le dos bien droit (il demeurera ainsi immobile le plus possible pendant tout l’exercice). Placez le centre de gravité du tronc dans le bas ventre, en dessous du nombril.

Expirez par le nez, une fois par seconde en ramenant l’abdomen vers l’arrière.

C’est cette contraction rapide et énergique des abdominaux qui expulse l’air. Une inspiration passive s’ensuit alors, de durée sensiblement plus longue que la phase d’expiration

Détendez votre visage et les ailes du nez, ne contractez pas la gorge.

La qualité de cette respiration réside principalement dans la puissance de l’expiration plus que dans le nombre de respirations produites par minute. (entre 60 et 120 respirations par minutes, comparé à 12 à 18 respirations par minute en moyenne lors d’une respiration habituelle, non contrôlée).

 

Si vous débutez avec les Kapalabhati, allez y progressivement, éviter de vouloir allez trop vite ou de pratiquez trop longtemps. Il faut laisser le temps aux poumons de s’habituer.

 

Précautions à prendre  

Il y a quelques contre-indications à cette pratique puissante. Les personnes souffrant de problèmes cardiaques ou pulmonaires, ainsi que les femmes enceintes s’abstiendront de réaliser ce type d’exercice.

 

Bonne pratique!

 

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *